bon , je pars cuisiner mes invités !

Publié le par cactusjo

 
« Les Diaboliques | Accueil

 


Merci pour le chocolat ( puis je retourne à mes hauts fourneaux )

Cactus, je suis affreusement désolée.
Pire que ça.
Telle que vous me lisez, à cette heure une fois de plus exagérément tardive, je suis contrite, navrée, consternée.
La longueur de votre message, le sérieux (l'amertume ?) qui l'irriguait, sans parler de l'absence totale de contrepèterie ou de jeu de mot, aussi incongrue et choquante qu'un Marx Brother déprimé, m'ont abasourdie.
Croyez-moi, Cactus, je ne voulais pas faire ça.
Je ne le ferai plus.

D'ailleurs, je m'en vais dès ce soir. Hélène Marzolf prend le relais dès lundi. Elle a juré (enfin, elle ne le sait pas encore mais ce n'est qu'une question de temps) de ne regarder que des émissions légères et rigolotes, et de s'abstenir de faire des plaisanteries douteuses sur les dures réalités du monde télévisuel, celles qui nous font vaticiner pendant des heures autour de la table du déjeuner, et radoter plus qu'à notre tour dans les pages de Télérama papier (si j'avais reçu une tablette de chocolat au nougat chaque fois que j'ai terminé un commentaire par "formidable émission, dommage qu'elle soit réservée aux insomniaques", mes réserves d'antidépresseurs seraient assurées jusqu'à la fin de mes jours).

Bon je repars cuisiner pour mes invités et vous mets sur mon grill : un steak au cactus ! la  pièce la plus tendre étant vos cuisses , non , comme chez les grenouilles ?

Sophie B.

photo

la vérité si je mens là , la vraie :

 
Merci pour le chocolat

Cactus, je suis affreusement désolée.
Pire que ça.
Telle que vous me lisez, à cette heure une fois de plus exagérément tardive, je suis contrite, navrée, consternée.
La longueur de votre message, le sérieux (l'amertume ?) qui l'irriguait, sans parler de l'absence totale de contrepèterie ou de jeu de mot, aussi incongrue et choquante qu'un Marx Brother déprimé, m'ont abasourdie.
Croyez-moi, Cactus, je ne voulais pas faire ça.
Je ne le ferai plus.

D'ailleurs, je m'en vais dès ce soir. Hélène Marzolf prend le relais dès lundi. Elle a juré (enfin, elle ne le sait pas encore mais ce n'est qu'une question de temps) de ne regarder que des émissions légères et rigolotes, et de s'abstenir de faire des plaisanteries douteuses sur les dures réalités du monde télévisuel, celles qui nous font vaticiner pendant des heures autour de la table du déjeuner, et radoter plus qu'à notre tour dans les pages de Télérama papier (si j'avais reçu une tablette de chocolat au nougat chaque fois que j'ai terminé un commentaire par "formidable émission, dommage qu'elle soit réservée aux insomniaques", mes réserves d'antidépresseurs seraient assurées jusqu'à la fin de mes jours).

Bon.

Pour tout dire, je recule le moment de vous avouer la terrible vérité : je n'ai pas regardé la télévision hier soir. Des gens qui me veulent pourtant du bien m'ont entraînée au théâtre voir Chaise, d'Edward Bond. Rassurez-vous, j'ai été punie : cette pièce est un tel monument de glauquerie qu'à côté d'elle, les épisodes les plus crados de la troisième saison de Nip/Tuck ressemblent à un best of des aventures de Tchoupi.

J'ai essayé de me rattraper comme j'ai pu, aujourd'hui, vers 10h45. La télé du matin, je ne la connais pas bien, parce que je ne la regarde jamais. Je m'attendais à des surprises. De fait, en zappant sur France 2, je suis tombée sur une secte encore plus étrange que celles des choristes stagiaires. Les adeptes s'y prêtent à un curieux rituel à base de chiffres et de lettres, très différent de celui que je regardais chez mes grands-parents quand j'étais petite. Ça s'appelle Motus, il paraît que ça existe depuis très longtemps, et je n'y pige absolument RIEN. Il s'agit de partir de Pistache pour arriver à Pivoines (ou Sinusite à Symboles, ou de Douaires à Dénivelé), selon une logique qui m'échappe. Il y a des lettres qui restent rouges, d'autres qui deviennent jaunes, les candidats ne sont pas obligés d'en tenir compte, ou alors si, mais je ne sais pas comment, et à la fin, le mot gagnant clignote en rouge et le public, manifestement mieux informé que moi sur ce qui vient de se passer, applaudit à tout rompre. De temps en temps, un candidat mélange des petites balles pourvues de chiffre, comme au loto, et ça modifie une grille de chiffres tout aussi énigmatique et scintillante que la grille des mots. Le tout crée une atmosphère ésotérique en diable, à peine gâchée par le plateau tristounet et l'ennui épais qu'exsude l'animateur (Thierry Beccaro).

J'aurais dû partir tout de suite, mais ça me vexait horriblement de ne pas comprendre. Alors j'ai continué à scruter les grilles, en quête d'indices. Heureusement pour mon cerveau, qui commençait à fumer sévère, le téléphone a sonné. C'était Florence Broizat, à qui j'ai communiqué ma perplexité. Elle m'a dit d'un ton sagace : "Motus, ça ne se comprend pas. Ça se vit." J'ai décidé de m'en tenir à cette explication, et d'aller jouer à un jeu plus simple, en l'occurence le Maillon Faible, version DVD interactif. Mes camarades Lise Henriot, Erwan Desplanques, Hugo Cassavetti et Lucas Armati étaient de la partie. Je ne voudrais pas cafter, mais ce genre d'expérience libère les plus bas instincts des gens les mieux éduqués. Je ne vous donnerai pas de détails (j'ai peur des représailles). Sachez seulement que, comme il y a une justice, Lucas s'est fait éjecter dès la première manche, Erwan n'a pas survécu à la deuxième, Hugo a réussi à s'auto-éliminer à la fin de la troisième, et même si Lise a gagné, je sais, moi, qui méritait de remporter les 1500 euros virtuels lors du duel final.
A part ça, Laurence Boccolini est plus intéressante sur la vraie télé que sur l'écran de mon ordinateur. Le stock de remarques désagréables contenu dans le DVD est moins riche, et plus ça se répète, moins c'est drôle. Je ne suis donc pas sûre de vous recommander vraiment l'achat du DVD du Maillon Faible, sauf si vous voulez connaître la vérité sur vos camarades de bureau.

Sur ce, je prends congé, en vous souhaitant plein de bonnes choses pour l'automne et la suite. Quoi qu'en pense Lily, j'ai eu grand plaisir à bloguer avec vous cette semaine.

PS (rubrique "questions diverses")

- Djac,j'ai votre info : la délocalisation du blog se produira lorsque Emmanuelle Dasque, installée à New-York depuis août, en prendra les commandes pour vous offrir une semaine de télévision nord-américaine. J'ai rempli ma mission. Aboulez le chocolat.

- Gregory, François Gorin refuse de me dire qui est Zélie, et ce n'est pas faute de l'avoir torturé (je l'ai obligé à regarder l'intégralité de trois numéros de Sans aucun doute sans pause déjeuner). Je renonce donc. Pour ce qui est du code Pantone, j'avoue ma défaite. Réessayez avec Hélène, on ne sait jamais. Pour ce qui est du déménagement, vous ne trouvez pas que le bon air du 13e arrondissement suffit à justifier notre prochaine délocalisation ? Et quant au numéro des filles célibataires du service télé, bravo, bien essayé !

- Anna, en plus des premières affiches qui se moquaient de la façon dont nous abusons du mot "décalé", j'ai identifié les sept extraits de lettres suivants :

1/ Attention: photo truquée dans Télérama n°2835, p.49 ! Godard sourit !"
2 /Pink TV première chaîne gay : cela fait donc trente ans que je regarde des chaînes hétéros ?"
3/ "Navarro, Cordier, Maigret, Moulin... Vous en connaissez beaucoup, vous, des flics en exercice à 60 ou 70 ans ? Place aux jeunes !"
4/"Bravo et merci à Télérama pour ce petit coup de pouce à ces deux acteurs méconnus mais en devenir, Gérard D. et Fanny A. Télérama n'hésite pas à se mouiller."
5/ "ce qui est extraordinaire, ce n'est pas que 50% des Français soient mécontents de la télé, mais c'est qu'il s'en trouve 50% de satisfaits !"
6/ "J'ai enfin compris pourquoi les frères Dardenne travaillent à deux. Un qui tient la caméra, et l'autre qui le chatouille."
7/ "Dimanche 15 janvier. Vivement Dimanche. Nicolas Sarkozy devrait faire attention. C'est déjà la 3e fois qu'il invite Michel Drucker dans son émission"

Rédigé par Sophie Bourdais le 6 octobre 2006

 épiblogue : à  Antoine que j'aime !

Publié dans jocacponcetus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cactus aime le mot dit 08/10/2006 22:54

ANTOINE SI TU PASSES ICI JE T'AIMEEEEEEEEEEEE

cactus aime le mot dit 08/10/2006 22:53

pour mieux comprendre :
avant :
à propos de nos programmes télé et de leurs horaires voulus ( nous reste quand même un petit objet enregistreur de programmes tardifs , non ? )
"France 2 doit-elle s'obstiner à diffuser L'Arène de France à 22h55 et Les Mots de Minuit à 1h35, alors qu'une simple inversion de programmation lui vaudrait mon pardon immédiat, voire ma reconnaissance éternelle ?" dites-vous !
alors là c'est à ne plus rien comprendre :notre télé entre réalité et irréalité est ainsi depuis longtemps : si l'on vous suivait alors ce ne serait plus la même télé réclamée par certains ( j'en suis et vous suis ) mais détestée par le Dieu Audimat et ses fidèles que l'on a gavés depuis si longtemps de programmes tels que celui que vous décriez là et qui en redemandent !
le fait qu'Arte existe encore ( pour combien de temps encore sous cette forme ? ) me surprend , perso !je vais tenter une comparaison hardie : je lisais il y a quelques années voire quelques mois LE MONDE , un monde bien différent : l'arrivée de la couleur a surpris et dérangé certains : mais pas que pas que !un vieil ami à moi ex prof de fac à Lyon de regretter ce Monde d'avant même s'il avoue continuer à le lire alors que certains titres ou articles en couv' ou ailleurs le laisse songeur de par leur peu d'épaisseur !tout simplement une socièté en évolution ou le vite lu superficiel prend le dessus , ou le droit à l'indifférence l'emporte désormais sur le droit à la différence , un monde ou tout s'uniformise , ou il est de plus en plus facile de nous faire prendre une vessie pour une lanterne !
la faute à qui ? je vous le demande !mais pas qu'à eux pas qu'à eux , à nous aussi , un " nous " que l'on accepte nous aussi de laisser "aspirer" , quelque peu las de se battre contre des moulins à vent !
alors les Diaboliques ou les Prédateurs ?( une pensée aussi pour Libé au fait )
sinon j'ai oublié de plaisanter , comme c'est bizarre !( pour rester dans le bon tempo je vais m'écouter un Billie Holiday )
Rédigé par les malheurs de Cactus | 5 oct. 06 21:19:56
pendant
Mais qu'est il arrivé à notre Cactus? Il s'est laissé gagné par la mélancolie? Il a des malheurs? Il a perdu son sens de l'orientation? Où sont passées ses poulettes, sa mouette, sa Linaigrette? Un long discours sans aucun contrepet loufoque, sans sa légendaire verve tarabiscottée, le moment est grave. Qu'avez vous écrit Madame la Bloggeuse pour le mettre dans cet état là? ça c'est le coup du gamin qui sommeille dans chaque vieux et se demande ce qui s'est passé, à tous les coups. Je suis inquiète pour Cactus. Que peut on faire pour le consoler? On ne peut même pas lui dire tu as tort, il a raison.Cher Cactus, personnellement je puis rester des heures bouche bée devant l'exposition de photos de vos fleurs ou de vos insectes immobiles pour ceux qui n'ont aucune imagination, il y a matière à entrevoir, voir, apercevoir, revoir des tas de minuscules merveilles de celles que l'on ne verra jamais à la télé. Madame la journaliste la seule punition à infliger a cette télé que l'on ne mérite pas c'est d'éteindre le poste et d'argumenter avec notre Cactus. Un mot lui ferait plaisir et repousserait son coup de spleen. Ici bas, personne n'est obligée d'écouter le chant des sirènes. En parlant de sirènes, cela me fait penser à ces chanteurs qui chantonnaient, il n'y a pas longtemps, une chanson douce et dure dans laquelle il était question de ne pas cacher sa peine quand on voyait tomber une sirène. Le cactus aussi c'est doux et dur à la fois et pourtant on ne veut pas qu'il soit en peine.
Rédigé par Fleur de Cactus | 5 oct. 06 22:39:19
après , guéri :
:-(dès que je suis intelligible on ne me comprend qu'à moitié me dit toujours ma moitié : quelle calamité ! ( manquerait plus qu'elle s'appelle Jane ; mal parti mon moi là puisque loin d'être Tarzan ) bien sûr mon égo in de me scier là puisque je fais la tête de gondole le jour du poisson moi qui suis né un huit mars chien : aussi fier qu'un peu mongol mon surmoi ému là puisque de me jouer l'et moi ces derniers temps à l'insu de Line , une copine sympa et de mon gré beaucoup trop plein depuis peu aussi !
la longueur de mon message , la langueur de votre massage , je suis perdu là : j'ai besoin de remettre un peu de désordre dans mes idées pour retrouver mon mâle adroit chemin !
merci à vous me souffle-t-on la , auvent de mousqueton à babord toute : le Christ en Anna était déjà passé par là et puis Sophie d'apporter d'un coup trop de bonheur ( si tard le vendredi mais un plaisir )et puis Taratata hebdromadaire live à partir de ce soir alors même si loin de Jéricho je sors ma trompette voire ma trompinénette sur le net pour accompagner un Djac qui ne va point tarder !
pour conclure , mon moi bien à moi si ému vous bise Dame Sophie : sinon j'ai déjà sorti mes beaux sabots pour Hélène !
bises dégloch'idées !
Rédigé par cactus | 6 oct. 06 21:01:05

cactus aime le mot dit 08/10/2006 09:29

au fait tu copies colles une de mes photos du Canada là COQUIN

cactus aime le mot dit 08/10/2006 09:28

salut Pierre de Bordeaux : non non depuis Télérama a bien changé tu sais !
amitiés !

pierre33 07/10/2006 22:21

:-)