Ail ail ail , houille !

Publié le par Cactusjo

http://cactusjo.free.fr/

l'abbé Pierre m'a prêté sa plume , l'épreuve :
très bientôt le retour du jo ex virussé par les Ricains ! 
épi'blog
je doigt de pieds ? 
jeune,hoooo:
Série Cuculte : à Mu donc

Publié dans jocacponcetus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cactus aime le mot dit 17/04/2008 13:47

mercredi 5 décembre 2007


ले काल दु पोइस्सों रौगे:

 
 
Photographe éléphantasque à mateurs à seize heures. (A toi, wizzz-siteur, pour ne point être le pigeon voire le dindon - dévissez Versace - d'une farce : en cliquant une deuxième fois sur les photos de "Photographies" puis hooo là là, on les voit se surmultiplier en une page nouvelle ; Sissi ! De plus pour me lire en mon blog en hooo à droite, un petit clic sur les liens précédés du " la belle @ " en bleu "roi" ; Remarque finale pour Marc et les autres, ce blog se décompose de photos " grand - déforma " lui aussi ; Sissi ! ) Cactus JoeLe col du poisson rouge.(Image: Mort d'ivresse d'un poisson rouge. Copyright Manuel Vich)Ah ! Cactus, je vous retrouve, je vous salue. Nous nous sommes croisés dans le labyrinthique dédale de rues de Wizzz en ville de Télérama.Je ne sais plus trop pourquoi, mais vous m’avez trouvé affable quoique à l’étroit dans ma veste brune en velours côtelé d’homme taciturne et étriqué.En cette fin d’après-midi, je cherche un bocal pour un poisson rouge encore frétillant mais déjà agonisant du sang d’une encre impure injectée dans son col par ce petit bêta d’âne qu’est mon fils T.« Expérimentons, expérimentons » me souffle t’il tous les soirs vers cette heure ci. Dix sept heures, se clochetant d’un pied sur un autre avec cette terrible envie de faire pipi.Mais vous à cette heure-ci, voire même auparavant qui matiez* vous avec une telle concupiscence par le bout d’une lorgnette ?Joe, Joe c’est plaisant à dire sempiternellement en ânonnant comme une berceuse.Joe, vous photographiez où ; qui ou quoi, dans quel sens au Juste ?Quel est la photo tirée de votre album qui vous représenterait le mieux ?L’avez-vous sur vous ? Dans votre poche à contre cœur. Offrez la moi, je la publierai de l’autre coté du miroir sur mon autre blog :Mon « hebdromadaire »…Vous possédez des dindons ? … Moi des rats, mille millions de rats plus les quinze autres nés ce matin dont un dans le repli de mon paletot mité.Joe Cactus, je perds mon « self contrôl » plus fou que jamais, je fais la toupie, comme un épouvantail désespéré dans un monde trop vaste pour moi.De façon extravagante, j’aime le vent, les arbres nus de l’hiver approchant, les cochons d’Inde suspendus hébétés aux branches des arbres à la Noël.J’aime même les Rats, querelleurs, trempés dans de la gouache, les noirs, les jaunes, les bleus dépassants l’outremer des profondeurs océanes.Cactus Joe vous êtes vous déjà baigné nu dans l’encrier bleu du pacifique ?Moi oui Joe, j’avais vingt cinq ans.En plein milieu de la mer de Chine entre Sandakan et les îles Philippines.Nous naviguions (un journaliste boulimique, une cover-girl et moi) sur dès milliers de cartouches de cigarettes de contrebande, sanglées au fond et bien au-dessus du seuil limite de contenance dans un « pan-boat » sorte de pirogue à balancier.Nommées « pan-boat » à cause du bruit du moteur à petite hélice qui faisait :Pan, pan, pan, etc.Cactus êtes vous souffrant vous aussi ?…Sissi est morte, vous le saviez n’est ce pas ?Partons louer le film de sa viePauvre Sissi.…Mais dites moi épineux végétal, qu’est ce qui fait Clic ! Joe, clic dans votre imperméable ? Est-ce votre ceinture défaite ou une arme à feu portative ? Ou bien un couteau à cran d’arrêt dont l’ouverture produit un petit bruit « shlass » et un clic final celui d’avant sa morsure, d’avant l’extinction du feu.Ne me faites pas peur Cactus ! J’ai peut être déjà quelques amis ici qui pourraient vous chasser si je criais.Violence, Paul violence…Mais calmons nous, et dites moi autre chose Joe. Qui est la belle @…Anabella ? …Vous aussi vous voulez être Roi ? …Votre écharpe bleue vous sied si bien.Quant à moi fatigué ce soir, déformé, je m’en vais rejoindre mon L.* Les mots coloriés vous ont été empruntés.http://wizzz.telerama.fr/cactusjo
 
 

publié par "Flamenco" Manuel Vich @ 14:02  0 commentaires

par c publié dans : HS ajouter un commentaire 1 commentaire (1)    commentaires (1)   

recommander

Cactus aime le mot dit 17/04/2008 13:29

Expéditeur : Clopine Trouillefou rappel
Commentaire envoyé le : dimanche 22 mai 2005 15:28
Article associé : Cuculte de ma personne alitée ???????? Voir l'article Éditer l'article
(Au secours ! Apprenez-moi à comprendre "cactusjo" ! ) Auteur : nemonemo (Je ne suis pas "Claudette", excuse-moi, mais comme légitimité, je peux avancer mon penchant pour les Cactus...) Alors voici "mon" explication (je n'oblige personne à la partager, bien sur) : D'abord, sache que PERSONNE (voir meme Cactus lui-meme)ne peut se vanter de déchiffrer les messages de Cactus Joe, parce qu'en réalité il est très difficile de les lire jusqu'au bout. Le vertige vous prend dès la troisième phrase... Cependant, ce serait une gravissime erreur, parce qu'on ne les comprend pas, que de les mépriser. Les messages de Cactus sont une invite perpétuelle à l'accompagner au fin fond d'une pampa broussailleuse (qui ressemble fort à l'écran de fumée que d'après Freud, chacun jette sur son inconscient) : jeux de mots, approximations, rebondissements plaisants, digressions à l'infini... Autant suivre un lézard en essayant de l'attraper par la queue. Tout le monde sait que celle-ci pourra vous rester dans la main : le lézard, lui, se sauvera et se mettra illico à s'en fabriquer une nouvelle. Tu vas me dire que cette histoire de "queue" te semble un peu légère, soumise à interprétation tendancieuse voire grivoise ? Tu n'auras pas tort ! Un des grands divertissements du Cactus, en effet, (outre le fait de se dresser gorgé de sève au milieu d'étendues arides), est précisément de CACHER SON JEU... As-tu déjà vu des peintures de Gustav Klimt ? C'est beau, n'est-ce pas, tous ces petits carrés dorés ou argentés, ces sortes de "plaids" bariolés d'où sortent, comme un bébé de sa gigoteuse, des tetes blemes et préraphaelites, et une main par-ci, un pied par là... de grandes toiles verticales et serpentines... UN manteau d'étoiles jeté sur des corps allongés... Les toiles de Klimt "cachent leur jeu" : les analyses démontrent qu'il s'agit de toiles profondément érotiques, peintes d'abord avec un réalisme cru, puis "recouvertes" par la main meme du peintre, "surchargées" de petits motifs somptueux visant à donner le change... Ainsi de Cactus. Il entoure ses messages d'épines, pour mieux dissimuler son besoin d'amour, qui éclate au soleil comme une grenade. Trop fragile pour s'avancer tout cru, de peur d'etre rejeté, car il doute de lui-meme et de son envie d'etre avalé de meme. Trop pudique pour se dévoiler. Mais cependant sur de l'intéret qu'il porte aux autres, (et qui de nous est moins égocentrique que lui ? ), infiniment présent et plaisant, à l'écoute et la lecture ! Bref, indispensable !Et puis, au hasard d'un message encore plus "fumeux" (au sens d'"entouré de fumée") que les autres, voilà qu'une phrase, puis deux, vous jettent dans la poésie pure... Sacré Cactus, va ! Clopine message posté le 20/12/2004 17:31 Télérama web